Top 8 des propositions de Donald Trump sur le numérique

Techno Geek

Relocaliser les activités de fabrication aux USA, passer en revue la cyberdéfense des Etats-Unis… certaines propositions du 45ème Président des Etats-Unis ne sont pas délirantes. Mais pour la majorité, on peut craindre que Donald Trump se mette à dos la Silicon Valley, les défenseurs des libertés sur Internet et, à peu de choses près, le reste du monde.

Ce n’est pas vraiment le genre de la maison de faire des Tops, mais vue la personnalité de Donald Trump… pardon, du 45ème Président des Etats-Unis d’Amérique, nous nous sentons obligé de faire un article à la mesure du personnage. Voici donc le Top 8 des propositions du prochain POTUS pour le numérique.

1. Plus d’Américains dans la Silicon Valley !

L’homme veut construire un mur à la frontière mexicaine afin d’empêcher les entrées illégales sur le sol américain. Mais sa lutte contre l’immigration passe aussi par la réduction du nombre d’immigrés légaux…

Voir l’article original 792 mots de plus

Publicités

L’Afrique ne doit plus se Tr(um)per sur les Etats-Unis

Puisqu’on parle plus du premier que du dernier. Puisque, même si on l’ignore, le soleil continuera à toujours briller au zénith. Et puisque même si on ne parle pas d’elle, la présidentielle américaine fera parler d’elle, alors tirons-en des leçons. Ma question n’est pas « qu’est-ce que l’Afrique doit attendre de Trump », mais plutôt « pourquoi l’Afrique ne doit plus se tr(um)per sur l’Amérique». Cela dit, à  chacun ses réponses. Voici les miennes. Lire la suite de « L’Afrique ne doit plus se Tr(um)per sur les Etats-Unis »

Conversations au feu tricolore

« Tu sais, considère désormais ce truc comme ton grand-père« . Juché à l’arrière d’une moto conduite par son ami, son frère ou en tout cas, une connaissance, un homme donnait ce conseil à un autre usager. Mais comment en est-il arrivé là ?

Tout a commencé quelques kilomètres plus loin. Sur l’Avenue des Tansoaba, il est 9h  à Ouagadougou, capitale du Burkina Faso. Chacun « se cherche » sur la voie cabossée, qui, cramponné aux guidons de sa moto, au volant de sa voiture, aux guidons de son vélo ou à la corde de la gueule de son âne.

Premier feu tricolore. Le triloculaire a son œil rouge allumé.   Tout le monde marque un arrêt. Sagement. Pourquoi ? Devant, une armada impressionnante de policiers pas du tout souriants fait le guet, casquette sur un regard acéré.

Les autres dans la cohorte se demandaient qui oserait braver un tel arsenal. Et pourtant. C’était si surprenant que le coup de sifflet strident cloua sur place les usagers de la route. Deux messieurs venaient de braver le feu tricolore au rouge. Les policiers s’y mirent à trois pour stopper leur course.

Les autres étaient si tétanisés qu’ils n’ont pas vu que leur triloculaire avait allumé son œil vert. Ce qui est vraiment très inhabituel. Il a fallu que les policiers attirent leur attention pour qu’ils daignent « bouger », avec un soupçon d’hésitation dans les roues.

Et voilà notre homme juché derrière la moto qui se mit à faire de grands gestes à son conducteur. Les grands gestes durèrent ainsi jusqu’au prochain feu tricolore. Là, il n’y avait aucun policier en vue. Et en temps normal, la tige de métal allait être allègrement et sans pitié, brûlée.

Mais ce matin-là,  tout le monde marque un arrêt. Sagement. Pourquoi ? Retour sur la phrase dite plus haut :

  • « Mon frère, ce truc-là (feu tricolore), c’est désormais comme ton grand-père. Si tu ne le respectes pas, tu vas être maudit : ta moto passera une semaine au commissariat ! »

  • « Sans pitié ! » ajouta son « chauffeur ».

Ceux à qui le conseil était donné hochèrent la tête. Le feu tricolore passa au  vert.

Moralité de l’histoire : Les gens respectent le feu tricolore, pas parce qu’ils respectent son bien-fondé, mais par peur de la sanction. C’est déjà un début et c’est bon à prendre. En attendant…

Votre serviteur

Abdou ZOURE

 

Kundé 2016 : Voici les nommés !

Les Kundé selon Stella TouchAtout

Stella TouchAtout

Comme chaque année, les Kundé, que l’on s’accorde à voir comme le baromètre de la musique burkinabè, vont désigner les oeuvres les plus méritantes des 12 mois écoulés. Cela se joue cette fois entre 459 oeuvres discographiques sorties entre mars 2015 et mars 2016, pour lesquels seulement quelques dizaines d’artistes ont été retenus dans les 14 catégories à primer.

Voir l’article original 346 mots de plus

Sans pauvres, pas de riches

Quelques élucubrations en passant. S’il n’y a pas de pauvres, il n’y a pas de riches. C’est la pauvreté qui donne un sens à la richesse.

Voilà pourquoi dans un pays d’un million d’habitants, 100 000 sont riches et les 900 000 sont pauvres. Parce que les pauvres s’appauvrissent pour enrichir les riches.

Voilà pourquoi sur une planète de plus de 7 milliards d’habitants, seulement quelques millions sont riches. Voilà pourquoi sur cinq continents que compte le globe terrestre, seuls deux profitent de la richesse du quintuplé.

Le monde ici-bas, c’est comme une « tontine » de dix personnes, mais à sens unique. Neuf personnes cotisent plus de la moitié de leurs sous pour remettre à un seul membre qui décide de ne pas retourner l’ascenseur.

Ainsi ont donc décidé de vivre les Hommes. Enfin ! Ainsi en ont décidé (encore) quelques hommes pour tous les Hommes. Et ainsi va la vie !

Votre serviteur

Abdou ZOURE

Photo : Une de ces braves dames qui approvisionnent chaque matin les marchés de Ouagadougou en marchandises diverses- ©Le Messager d’Afrique